L’OURS : Ursus arctos

Taille :

Longueur de 1,70 m à 2,80 m ; hauteur au garrot de 90 à 110 cm.

Poids :

Jusqu’à 360 kg.

Signe distinctif :

L’ours hiverne : entre décembre et mars, il se tapit dans une grotte sèche et bien cachée. La température de son corps ne descend pas en dessous de 28° ou 30°. Son sommeil est profond, mais s’il est dérangé il s’éveille et se sauve rapidement. Il passe l’hiver en puisant dans ses réserves de graisse. Au printemps, il aura perdu un tiers de son poids !

Reproduction :

L’ourse élève seule de un à trois petits, mais le plus souvent deux.

Nourriture :

L’ours est omnivore. Pendant de longues périodes il se nourrit d’insectes et de végétaux. Il adore les framboises et les myrtilles… Mais en été et au début de l’automne, il doit faire provision de protéines : il mange alors de la viande, fraîche ou même avariée (de petits rongeurs jusqu’aux brebis).

Dans les Pyrénées :

L’ours brun est l’animal symbole des Pyrénées.
Considéré comme nuisible, et longtemps chassé pour sa chair, sa graisse et sa peau, l’ours brun des Pyrénées est en voie de disparition. En 1996, il en restait moins d’une dizaine dans le Béarn.
L’ours fut pourtant utilisé : au siècle dernier les montreurs d’ours de l’Ariège l’exhibaient de ville en ville. L’ours, qui se réveille au printemps, est symbole de fertilité. Dans les Pyrénées-Orientales, au Pays basque et en Navarre, de nombreuses fêtes de l’ours ont lieu à la fin de l’hiver.
Aujourd’hui, l’ours est devenu l’emblème de la nature sauvage. On tente d’empêcher sa disparition, et sa réintroduction peut favoriser le tourisme.
A l’été 1996, deux femelles capturées en Slovénie ont été relâchées dans la région de Melles, en Haute-Garonne. En 1997, un mâle, Pyros, les a rejointes. L’une des ourses, Melba, a été tuée accidentellement par un chasseur.